Plaine de Vie - Plaine de Boneffe - Collectif citoyen pour la sauvegarde de la Plaine de Boneffe

  Comité citoyen pour la sauvegarde de la plaine de Boneffe

Jump to content.

Début du chantier dans la plaine de Boneffe ?

Abattu l'arbre reprend vie
Le comité Plaine de Vie a constaté comme de nombreux riverains l’ouverture officielle du chantier du parc éolien de Boneffe. La société Eneco a lancé une opération de marquage des emplacements de futures éoliennes de la Plaine ainsi que la préparation de la zone de travail (baraques et parking pour les camions).
L’action en justice menée de front par Plaine de Vie et Natagora au Conseil d’Etat suit son cours. Cette action n’est malheureusement pas suspensive. Elle a pour but d’invalider le permis octroyé par la région wallonne au travers de son Ministre Di Antonio.
Eneco a par ailleurs mis sur pied un pseudo-comité de suivi du projet en ayant habilement choisi un certain nombre de représentants des parties intéressées (communes & CCATM existantes, coopératives, riverains & associations locales).
Plaine de Vie et Natagora ont en toute logique, décliné cette invitation.
Notre action continue.
Merci pour votre soutien et votre vigilance.

Eoliennes de Boneffe, Acte 3 : Plaine de Vie et Natagora au conseil d’état

Eoliennes de Boneffe, Acte 3 : Natagora et Plaine de Vie de nouveau au conseil d'état

Voici le communiqué de presse conjoint, envoyé par Natagora ce 2 février 2016 suite au dépôt de notre recours au conseil d’Etat ce 1er février 2016.

Les deux associations marquent ainsi leur volonté de mettre des balises dans le débat sur le choix des sites éoliens en Wallonie: pas n’importe où ni à n’importe quel prix. Le développement des énergies vertes ne doit pas se faire au détriment de la biodiversité (avifaune dans ce cas), des paysages et de l’Histoire.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 2 février 2016

Éolien à Boneffe : Natagora et Plaine de vie au conseil d’état

Malgré deux annulations au Conseil d’État, et l’avis négatif de nombreuses instances consultées, un troisième permis ministériel vient d’être délivré pour le développement d’un projet éolien à Boneffe. Un nouveau recours contre cette décision dommageable pour la biodiversité vient donc d’être introduit par Natagora et le comité de riverains « Plaine de Vie ».

Natagora soutient depuis plusieurs années une politique visant à diminuer l’utilisation des énergies fossiles au profit d’énergies renouvelables, notamment éoliennes. Toutefois, elle tient à ce que cela ne se fasse pas au détriment de la biodiversité. Elle est ainsi active depuis 2010 dans la plaine de Boneffe, qui présente un grand intérêt ornithologique pour les oiseaux typiques des milieux agricoles.

Pas de vision globale sur les plaines ouvertes

Globalement, l’agriculture intensive a une influence négative sur l’avifaune. Mais un petit nombre d’espèces menacées sont friandes des grandes plaintes ouvertes.  C’est le cas d’espèces spécialistes des steppes agricoles comme les Pluviers et le Vanneau huppé.

Vanneau huppé - Plaine de Boneffe
Philippe Funcken, directeur général de Natagora explique : « Aujourd’hui, toutes les plus belles plaines agricoles de Wallonie voient leur caractère ouvert menacé par un projet éolien.  À terme, ces milieux risquent donc de disparaître de Wallonie. Il est plus que temps que la Région Wallonne se positionne et qu’elle choisisse quelles plaines seront préservées pour sauvegarder les espèces d’oiseaux qui en dépendent. »
À Boneffe, l’implantation d’un projet éolien aura un impact significatif sur des espèces d’intérêt communautaire (Busard cendré, Pluviers guignard et doré), des espèces inscrites sur la liste rouge 2010 des espèces menacées de Wallonie (Busards cendré et des roseaux) et sur des espèces faisant l’objet d’un plan d’action à l’échelle européenne (Vanneau huppé). Pour ces raisons, et d’autres notamment d’intérêt paysager et historique, la quasi-totalité des instances interrogées depuis la première demande en 2010 ont refusé ce projet (DG04, DNF, Commission royale des monuments et sites, CWEDD, collèges communaux de toutes les communes concernées…).
Un impact impossible à compenser

Malgré l’annulation par deux fois du permis par le Conseil d’État suite aux recours introduits par Natagora et le Comité « Plaine de vie » et l’avis défavorable de nombreuses instances, le permis a été accordé pour la 3ème fois par arrêté ministériel. Il présente des avancées par rapport aux versions précédentes, notamment concernant les mesures de compensation.

Une éolienne
Mais ces mesures proposées ne compenseront pas la perte d’attraction exercée par la plaine sur ces espèces.  Joëlle Piraux, responsable aménagement du territoire chez Natagora, explique : « Les espèces d’oiseaux menacées ne portent pas un intérêt à l’habitat en tant que tel mais sont liées à l’échelle paysagère du site (grande plaine ouverte, absence d’éléments verticaux). Comme il n’est pas possible d’ouvrir un autre paysage, l’impact sur ces espèces n’est donc en aucun cas compensable. L’installation d’un projet éolien sur la plaine de Boneffe entrainera la désertion des Pluviers et des Vanneaux, comme cela a été le cas dans le cadre d’un projet similaire dans la plaine de Dour-Quiévrain. »
C’est pourquoi, ce lundi 1er février, Natagora introduit un nouveau recours au Conseil d’Etat contre l’implantation d’un parc éolien dans la plaine de Boneffe. L’association de protection de la nature introduit ce recours conjointement avec l’association de riverains « Plaine de vie ». Par ce recours, Natagora demande de voir le parc éolien de Wallonie se développer avec une vigilance accrue sur la nécessité de ne pas nuire aux paysages, ni aux communautés animales, en particulier les oiseaux des grandes plaines agricoles.
Logo de Plaine de Vie

Contact Presse

Fabienne NICOLAS – presse@plainedevie.net – 0497 08.19.78